Loi 8 – Version longue

25 05 2009

Quand on demande à un homme pourquoi il fume, il pourrait vous répondre qu’il sait ce qu’il fait, et assume ses choix.

Quand on lui demande si « savoir ce qu’il fait » inclut les risques qu’il fait courir aux autres, et le fait que sa mort anticipée aura des répercussions sur ces proches, et parfois ses propres enfants, cet homme se tait, car son raisonnement trouve ses limites. Soit il assume pleinement de laisser sa famille en pâtir, soit il n’a simplement pas pris le problème dans son ensemble, et a « isolé » le problème psychologiquement.

Il lui a trouvé suffisamment d’excuses parfaitement conscientes pour pouvoir « ISOLER » le problème, le classer, et se permettre de perdre conscience et de juger.

Vous remarquerez que tout problème stupide ou incohérent chez vous ET vos proches provient de la loi de l’isolement. Vous le remarquerez sûrement plus facilement chez les autres que chez vous, donc essayez de le voir d’abord chez les autres, en vous demandant :

Quelle est la liste des excuses conscientes pour « isoler » le problème que je vois ?

Un ami qui se reconnaitra sûrement m’a fait comprendre il y a des années la loi de l’isolement.

Il avait les différents «jeux » psychologiques, et ils étaient tous fortement « isolés ».

- Je crie quand je veux faire comprendre quelque chose. Problème isolé car j’ai raison et les gens sur qui je crie ne veulent rien entendre sans cela. J’ai « appris » à crier par le passé quand j’avais raison, je continue aujourd’hui, inconsciemment. Erreur passée de la loi d’équilibre.

-         Je prends une attitude de chien battu quand je n’ai pas le moral. Problème isolé, car je suis obligé d’en rajouter pour que les gens comprennent ce que je ressens, donc prennent en compte mes sentiments. Idem, loi de l’équilibre.

-         Je suis fréquemment fatigué et je n’hésite pas à me coucher sur le sofa pendant les soirées entre amis. Problème isolé car la fatigue est une chose personnelle, et que tout bon ami peut comprendre le besoin de se reposer.

-         Je suis « franc », dans le mauvais sens du terme de la loi de
la vérité. Problème isolé car la franchise est une qualité… Et que mes facultés de perception supérieures à la moyenne font que je dois aider les autres.

En abordant chacun des points ci-dessus, j’ai du passer le cap du « je le sais bien, mon ami », le cap de l’isolement.

Mais en mettant les problèmes les uns à côté des autres, cela donne quelqu’un qui prend régulièrement une attitude de chien battu, passe son temps à donner des conseils « douteux », crie quand il veut avoir raison et n’hésite pas à se coucher devant tout le monde quand la tournure de la soirée ne lui convient pas.

Si l’exemple est poussé, il est pourtant véridique, chez quelqu’un qui suivait une psychanalyse depuis 10 ans.

Le rapprochement des jeux a cassé les différents isolements, et fait prendre conscience des choses.

Aucun isolement ne pouvait être construit pour admettre TOUT CELA EN MEME TEMPS.

Toutes nos réactions impulsives subconscientes, donc réflexes, proviennent de la loi de l’équilibre : nous avons chargé un coté de balance dans le passé, pour des raisons conscientes. Puis nous avons « isolé » ces problèmes derrière des raisons logiques et fortes. Ces problèmes sont passés de la conscience à l’inconscient, et le réflexe subconscient s’est mis en place.

Tentez d’en parler avec l’intéressé, et les raisons de l’isolement ressortirons, claires et efficaces. Souvent la colère arrivera très vite pour protéger un problème d’isolement.

Ironie, menace, colère, jugement, contre-attaque. Toute la panoplie de la « je le sais bien » attitude.

La liste des armes de l’esprit pour protéger une erreur de la loi d’équilibre, donc un problème « isolé » à tort, est longue et bien connue.

Pour affronter cela, donc un problème inconscient et ses réactions subconscientes, il est souvent très utile de casser la loi de l’isolement.

Et pour ce qui vous concerne directement, prenez conscience que nos erreurs ont bien souvent des raisons « isolées » d’être vraies.

Et prenez conscience que les lois sont toutes connectées.

« J’ai le vertige et je ne ferai pas d’efforts, c’est trop dur. » Loi isolée, peur panique.

Mais en élargissant le débat, on va trouver peut-être :

« J’ai des enfants et ils vont se mettre à craindre le vide ». Loi du jugement, on « devient ce que l’on voit ». Un jour peut-être, votre enfant aura le vertige à cause de vous, et aura un accident grave par votre décision de ne rien faire contre VOTRE peur. Et ce jour là, vous serez torturé de culpabilité. Loi du hasard.

« J’ai des enfants et craindre le vide au point de la panique peut les mettre en danger ». Dukkha, loi de la souffrance, mes propres peurs sont miennes et ne doivent pas mettre en danger autour de moi.

Et bien sûr, principalement, loi du hasard car céder à la peur panique du vertige va laisser le hasard faire son œuvre, totalement hors de contrôle.

Prenez conscience.

Il y a plusieurs lois. Et pourtant tout est lié. Tout est « un » comme disent certains.

Décomposez les problèmes, isolez-les au maximum de nouveau. Et reliez-les ensuite.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




SIM infos |
Le site de la ville chauvin |
Le p'tit coin des Cheveux G... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | boumboumjames1
| CHIHUAHUA-PASSION
| PEPITO mon dragon d'eau